facebook

.

.

"Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel" (Jean Jaures/discours à la jeunesse)

"Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel" (Jean Jaures/discours à la jeunesse)

dimanche 7 février 2016

Voilà pourquoi certains collèges ardennais ont du souci à se faire...

évolution des collèges publics ardennais
(pour une meilleure lecture du document, vous pouvez l'agrandir en faisant un clic gauche dessus)

Remarques

1) En 15 ans, le nombre de collégiens a baissé de 21 % alors que les dépenses du Conseil départemental ont augmenté de 24 % ! Cela signifie de meilleures conditions d'études, ce qui est légitime, mais aussi un coût pour la collectivité apparemment de plus en plus difficile à assumer...
2) Pour enrayer la hausse des dépenses, le Conseil départemental a décidé de restructurer le réseau des collèges ardennais, ce qui s'est déjà traduit par la fermeture de 2 collèges et de 7 sites d'enseignement !  
3) Cette restructuration est jugée insuffisante par le Conseil départemental qui prévoit, en accord avec l'Education nationale, d'autres fermetures. Lesquelles ? Difficile à dire à ce jour, mais les établissements qui comptent sensiblement moins d'élèves que la moyenne départementale ont du souci à se faire... 

vendredi 5 février 2016

Les écoles du canton risquent de perdre encore 2 postes d'enseignants...

L'information a été rendue publique par le SNUIPP 08 après la réunion du Comité Technique Spécial Départemental (instance regroupant le DASEN, le secrétaire général des services de l'Education nationale et 10 représentants des personnels) qui s'est tenue le vendredi 29 janvier : 20 retraits de poste sont prévus dans les écoles ardennaises à la rentrée 2016, ainsi que 7 retraits conditionnels ... contre seulement 1 ouverture ferme et 1 ouverture conditionnelle ! Une véritable coup de massue pour l'enseignement maternel et primaire dans notre département qui n'épargne pas la Pointe des Ardennes puisque, comme vous pouvez le voir sur les documents ci-dessous, elle est susceptible de se voir retirer 2 postes d'enseignants....



mardi 2 février 2016

Une utilité, parmi d'autres, du maintien de l'état d'urgence


Rappel : pendant l'état d'urgence, outre les perquisitions administratives qui peuvent se faire 24 heures sur 24 sans autorisation judiciaire et l'assignation à résidence de toute personne suspectée de constituer une menace pour l'ordre public, les manifestations sur la voie publique sont très strictement encadrées ! Une situation quand même bien pratique pour un gouvernement qui multiplie les mesures de régression sociale...  

dimanche 31 janvier 2016

Quand le CSSA entend dicter à la presse ce qu'elle doit écrire...


A la suite de la parution hier dans L'Ardennais d'un article relatant les démêlés judiciaires de Marc Dubois, bien connu dans le département pour être le président de l'emblématique CSSA, ce dernier a décidé - comme vous pouvez le lire dans le courrier ci-dessus publié sur Twitter - de porter plainte pour diffamation contre notre quotidien départemental. Une démarche plutôt radicale, qui amène à se poser quelques questions : la liberté de la presse ne serait-elle plus valable dans notre département dès qu'elle amène à toucher de près ou de loin le CSSA ? Au nom de quoi et avec quelle légitimité, l'avocat défendant les intérêts de Marc Dubois et du CSSA se permet-il d'indiquer ce que devrait écrire un journal et ce qu'il devrait éviter de publier ? Pour un club dont le budget repose en partie sur une généreuse subvention du Conseil départemental de 580.000 euros, la transparence ne devrait-elle pas être une ligne de conduite intangible, ne serait-ce que par respect pour les contribuables ardennais ? Des interrogations loin d'être anodines puisqu'elles portent sur des principes essentiels et qui m'amènent, un peu plus d'un après que des millions de personnes ont défilé à travers toute la France pour la défense de la liberté de la presse, à apporter tout mon soutien à L'Ardennais et à son journaliste aujourd'hui mis sur la sellette...

vendredi 29 janvier 2016

Les dessous inavoués et inacceptables de l’état d’urgence

Lorsque l'état d'urgence a été décrété le soir même des attentats du 13 novembre, puis prolongé de trois mois, c'était une mesure indispensable. Mais l’état d’urgence n’est pas une procédure de prévention, c'est une procédure de gestion de crise que l’Etat doit utiliser pour faire face à un « péril imminent » ou une « calamité nationale ». Le péril imminent, tel qu'évoqué dans la loi de 1955 qui a créé l'état d'urgence, ne se confond pas avec le risque même très élevé d’attaques terroristes. Leur prévention doit reposer sur le travail policier et judiciaire dans le cadre du droit ordinaire. Si le droit ordinaire ne suffit pas, malgré l’accumulation de lois anti-terroristes depuis trente ans, il faudrait le renforcer plutôt que de songer à proroger pour trois mois encore l'état d'urgence, en attendant certainement trois mois de plus dans la perspective de l’Euro 2016. A moins, bien sûr, que le gouvernement et François Hollande ne poursuivent d'autres buts moins avouables...





mercredi 27 janvier 2016

Carte intercommunale : le Préfet des Ardennes persiste et signe !

Avant-hier, lors des vœux qu'il a présenté aux corps constitués, le Préfet des Ardennes a abordé un certain nombre de thèmes, parmi lesquels figurait bien sûr la mobilisation sur les projets structurants comme le campus du Moulin Le Blanc, l'école supérieure des arts de la marionnette ou encore l'extension vers le sud de la voie verte. Dans la foulée, il a enchaîné avec la mobilisation pour une meilleure solidarité territoriale, ce qui lui a permis de revenir sur le projet de schéma départemental de coopération intercommunale qui devra être officialisé au plus tard le 31 mars. Un passage intéressant, que vous trouverez en intégralité ci-dessous, qui montre qu'à ce jour il n'envisage pas de revenir sur sa proposition faite le 12 octobre de fusionner d'une part Ardenne Rives de Meuse avec Meuse et Semoy et d'autre part Portes de France avec Ardennes Thiérache...  

"L’année 2016 s'ouvre sur un grand bouleversement de notre paysage administratif. Les Ardennes appartiennent désormais à une grande région représentant plus de 5,5 millions d’habitants. Cela s'accompagne d'une nouvelle organisation des directions régionales des services de l'Etat. Je vous l’ai déjà dit et je le répète. Dans cette grande Région, ce département ne fera entendre sa voix que s’il cesse de s’enfermer dans des rivalités de territoire. Pour exister au sein de cette nouvelle entité, il faudra être combatif, solidaire, uni. 
Qu'ont voulu dire nos concitoyens par leur vote ou leur abstention aux derniers scrutins départementaux et régionaux ? Ils attendent des responsables publiques, des projets pour l'emploi, des infrastructures, des équipements et des services de proximité de qualité et ce qu'ils soient habitant des villes ou de la ruralité. 
C’est pourquoi, dans le projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale, j’ai proposé la fusion de 4 intercommunalités pour faire émerger dans les Ardennes 7 établissements de coopération intercommunale de taille conséquente permettant l’émergence de vrais projets de territoire. Cette proposition n'est d'ailleurs pas celle du préfet, mais celle que les élus envisagent et débattent depuis plus de dix années dans le département. 
Elle est indispensable afin de disposer d'une structuration territoriale suffisamment solide budgétairement et pérenne pour proposer enfin à nos concitoyens cette offre d'équipements collectifs, de services publics et afin d'avoir cette taille critique pour accompagner un développement économique soutenu par la région, le partenaire départemental voyant ses capacités d'intervention réduites. 
Nous travaillons actuellement pour faire tomber les réticences et objectiver les moyens fiscaux et budgétaires qui existent et qui permettent de réussir ces fusions sans impact négatif pour les populations. J’exhorte à nouveau les élus à s’interroger sur les conséquences d’un schéma sans ambition, sans vision qui ne garantira pas sa pérennité et qui obérera pour longtemps la capacité des territoires ardennais à profiter des opportunités de la grande région."