facebook

.

.

"Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel" (Jean Jaures/discours à la jeunesse)

"Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel" (Jean Jaures/discours à la jeunesse)

jeudi 3 août 2017

Givet : le bateau-restaurant Le Charlemagne cherche déjà un nouvel exploitant !

Souvenez-vous, c'était le 24 juillet de l'année 2014 ! Ce jour là, après avoir été annoncée à grand renfort de trompettes, une construction tout droit sortie du chantier naval de Saint-Sulpice-de-Royan faisait son entrée à Givet. Son nom ? Le Charlemagne, bien sûr, qui devait attirer sur la Meuse moult touristes désireux d'en découvrir autour d'un bon repas les beautés jusqu'alors inaccessibles au grand public. Une opération dont le succès semblait tellement acquis d'avance aux élus de la communauté de communes Ardenne Rives de Meuse qu'ils n'avaient pas hésité à ouvrir en grand les cordons de la bourse à hauteur, d'après certains, d'un millions d'euros pour le bateau dans sa version initiale, l'embarcadère et les multiples modifications qui se sont révélées nécessaires afin d'obtenir les autorisations pour naviguer.
   
Hélas, entre ce qui est envisagé et la réalité, il y a parfois plus qu'un pas ! Ainsi, après avoir effectué sa première sortie en avril 2015 avec seulement 16 personnes à son bord, le Charlemagne a eu du mal à trouver son rythme de croisière et a terminé sa première saison avec 6.700 touristes transportés. Un résultat fâcheux, mais supportable puisque la comcom, dans sa grande générosité avec le fruit de nos impôts, avait prévu que l'exploitant ne verserait la première année qu'un loyer égal à 25 % du loyer normal. La deuxième saison fut meilleure, avec 9.500 passagers, mais loin encore des objectifs initiaux, d'autant que le transport était cette fois-ci assuré en partie par un autre bateau dénommé Naïade. Il restait donc à voir ce que donnerait la troisième saison, la première avec un loyer normal, présentée par l'exploitant comme devant être l'année de vérité.

Aujourd'hui, elle est loin d'être terminée. Mais, de toute évidence, elle n'a pas permis d'atteindre les résultats escomptés puisque, comme vous pouvez le voir sur les document ci-dessous, la communauté de communes a passé récemment une petite annonce sur le Bon Coin afin de trouver un nouvel exploitant pour le Charlemagne. Une annonce sérieuse, étant donné qu'elle est confirmée par une autre qui figure sur le site même d'Ardenne Rives de Meuse...


dimanche 30 juillet 2017

Moralisation de la vie politique : la montagne accouche d'une souris !

vendredi 28 juillet 2017

mardi 25 juillet 2017

Voilà les communes classées à risque de feu de forêt dans les Ardennes...

A l'heure où les feux de forêt se multiplient dans le sud-est de la France alors que la pluie arrose allègrement les Ardennes, on a tendance à penser que notre département est épargné par ce risque aux conséquences parfois dramatiques. Une réaction instinctive bien compréhensible, mais en réalité fausse ! En effet, si les trois quarts des 6.152 communes françaises classées à risque de feu de forêt sont bien concentrées dans le tiers sud du pays, plusieurs centaines sont situées au nord de la Loire. Et parmi elles, comme vous pouvez le voir sur les documents ci-dessous, très exactement 16 sont situées dans les Ardennes. Où ? Bien évidemment dans sa partie comportant le plus de forêts, c'est-à-dire dans le nord - où le taux de boisement atteint 45 % contre à peine 10 % dans le sud - et plus particulièrement dans la Pointe où les 6 communes concernées ont déjà vu 280 hectares de surfaces boisées partir en fumée entre 1976 et 2010...     


Les temps sont durs pour l'hôtellerie restauration dans la Pointe !